lundi 21 juin 2021

Le serpent majuscule

Le serpent majuscule – Pierre Lemaitre

Éditions Albin Michel (2021)
 

Mathilde Perrin est tueuse à gages, on fait sa connaissance un dimanche soir sur l’autoroute de Normandie, plus ou moins bloquée par les embouteillages sous le tunnel de Saint-Cloud, pestant parce qu’elle va être en retard pour son rendez-vous avenue Foch, où elle doit exécuter un contrat, abattre un grand patron de l’industrie. Et puis, la circulation se fluidifie, permettant à Mathilde de remplir sa tâche, tout en évacuant son stress en se laissant aller à des fantaisies imprévues. Ce qui va lui valoir quelques remarques de son patron, Henri, qu’elle connait de longue date, depuis leurs actions dans la résistance pendant la seconde guerre mondiale.
Entre ses missions, Mathilde se repose dans sa maison à la campagne, près de Melun, où elle vit tranquillement depuis le décès de son époux, le Dr Perrin, en compagnie de son chien, Ludo, un jeune dalmatien, qui a pris la mauvaise habitude de creuser des trous dans la pelouse. Il va falloir que ça cesse ou Mathilde va s’énerver !
L’enquête sur l’assassinat de Maurice Quentin, l’industriel, est confié à l’inspecteur Vassiliev, un homme solitaire et rigoureux qui partage sa vie entre son boulot et des visites nocturnes à un vieil homme diminué, son bienfaiteur qui l’a aidé à poursuivre ses études après le décès de son père. Heureusement, la nouvelle garde-malade du vieil homme, Tevy, très impliquée dans son rôle, apporte une chaleur et une attention bienvenues aux visites de l’inspecteur.

 

Dans la préface, Pierre Lemaitre explique que ce roman est le premier polar qu’il a écrit et qu’il ne l’avait jamais proposé à un éditeur. Il le présente donc comme son dernier polar publié puisqu’il a désormais abandonné le genre. Je n’ai lu aucun polar de Pierre Lemaitre, je n’ai donc aucun point de comparaison. Pour moi, il s’agit plutôt d’un roman noir car finalement, l’enquête policière a peu d’importance puisqu’on sait tout de suite qui est le tueur. Bien sûr, on accompagne les forces de police dans la recherche de la vérité, d’autant plus que les cadavres vont s’accumuler, au gré des missions confiées à Mathilde et de ses sautes d’humeur qui semblent de plus en plus commander ses actions.
 

J’ai oublié de dire que l’intrigue se passe en 1985, bien avant le téléphone portable, le GPS, l’internet et autres inventions technologiques aient changé les habitudes. Presque un autre monde, pour certains. Les prises de contact se font donc au gré de visites de cabines téléphoniques, de messages sibyllins pré-établis qui sollicitent la mémoire, ce qui commence à poser des difficultés à Mathilde, car à plus de soixante ans, elle n’a plus ses facultés d’antan.
 

Je me suis bien amusée avec cette lecture, bien éloignée de ce que je lis habituellement. C’est net, pas sans bavure, peu des dialogues, on est plutôt dans la tête des différents personnages qu’à leur écoute, c’est très noir. J’ai trouvé que Pierre Lemaitre était très cynique, il nous fait rencontrer certains personnages, nous raconte leur vie, on commence à s’y intéresser, à les apprécier. Et puis, Mathilde passe par là, et paf, d’un coup, plus personne !
 

J’ai découvert ce livre grâce à l’émission Le Masque et la Plume sur France-Inter. Les avis des critiques étaient partagés mais ne m’ont pas découragée de choisir ce livre à la médiathèque. J’ai eu de la chance, j’ai dû y passer alors que le livre venait d’être posé sur la table des nouveautés, j’ai été sa première lectrice !

Un extrait pour se remettre dans l'esprit de 1985 : 

Les services les plus secrets de la République agitent leurs réseaux et parviennent à la même conclusion que la police, à savoir qu’il s’agit d’un contrat et que personne n’aura sans doute le fin mot de cette histoire. Elle sera bientôt classée à côté du dossier des ministres de la République suicidés dans des conditions rocambolesques et des préfets assassinés en pleine rue dans des villes rongées par des mafias locales. Dans ce genre d’histoires, plus fréquentes qu’on le croit, il faut souvent attendre très longtemps avant de découvrir, par hasard, un indice quelconque permettant de remonter à l’auteur d’un contrat, ce qui ne se révèle pas très utile parce que la piste souvent s’arrête là, le commanditaire continuant de dormir du sommeil du juste. L’attention du grand public, bonne fille comme toujours, accepte l’ignorance comme elle accepte la surprise. D’autres urgences l’appellent. Platini va-t-il changer de club ? Stéphanie parviendra-t-elle à épouser l’élu de son cœur ?

Pour la presse, néanmoins, cette affaire reste embarrassante. D’un côté, on incline à s’en repaître (un grand patron assassiné, c’est comme un crime de lèse-majesté, on n’a pas envie de lâcher) ; de l’autre, on n’a rien à en dire. Ce genre de contingences n’a jamais arrêté un vrai journaliste, mais il est tout de même difficile d’entretenir des braises qui ne demandent qu’à s’éteindre. On titre plusieurs fois « La vérité sur l’affaire Quentin », mais sans grande conviction. Le bonhomme qui, de son vivant, n’était pas bien pratique se montre encore moins accommodant post mortem.

2 commentaires:

  1. Bonjour Nanou, tu m'as convaincue de lire ce roman car j'apprécie Pierre Lemaitre comme auteur de romans policiers. Et puis une tueuse à gages avec un dalmatien, c'est original. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Dasola. Je suis sûre que tu passeras un bon moment, bonne lecture !

      Supprimer