lundi 12 novembre 2018

La vie secrète d'Elena Faber

La vie secrète d’Elena Faber – Jillian Cantor

Préludes (2018)
Traduit de l’anglais par Pascale Haas


1938 : En Autriche, Kristoff, doué pour le dessin, devient l’apprenti de Frederick Faber, graveur officiel des timbres de l’état Autrichien. À ses côtés, il apprend le métier, difficilement, et tombe amoureux d’Elena, l’une des filles du graveur, elle-même très douée pour la gravure. Mais Frederick Faber est juif, la nuit de Cristal approche, la famille va être éclatée par le chaos.
 

1989 : À Los Angeles, Katie Nelson, que son mari vient de quitter, confie les collections de timbres de son père à un philatéliste, Benjamin Grossman, afin d’y dénicher la « perle rare » que son père a toujours recherchée. Celui-ci, Ted, perd la mémoire et Katie a dû se résoudre à le faire admettre dans un établissement spécialisé. Elle vide la maison paternelle, ne sait que faire des collections de timbres et veut s’assurer, avant de s’en débarrasser, qu’elles ne contiennent pas une pépite insoupçonnée. Or Benjamin trouve un courrier jamais envoyé, affranchi d’un timbre bizarre datant vraisemblablement de la Seconde Guerre mondiale, adressé à une certaine Frl. Faber, en Autriche.
En pleine déroute émotionnelle, Katie trouve alors un exutoire dans la résolution de l’énigme que pose cette lettre et, aidée par Benjamin Grossman, lui-même passionné par le sujet, elle va tenter de retrouver la destinataire du courrier, sans savoir que sa quête la rapprochera de son père.


On le devine, mais pas tout de suite dans le roman, les deux histoires vont se rejoindre et je dois avouer que l’intrigue est bien menée. On apprend au passage beaucoup de choses sur la gravure et les timbres, on redécouvre l’histoire de l’invasion de l’Autriche par l’Allemagne nazie, la résistance des Autrichiens, le sort des enfants envoyés en Angleterre pour les protéger, la destinée de ceux qui ont survécu dans les pays du bloc de l’Est et l’impact de la chute du mur de Berlin.
Bref, la confrontation entre une intrigue contemporaine mélancolique et un pan de l’Histoire vu sous un angle intéressant donne un roman agréable à lire, des personnages attachants, aussi bien les contemporains que ceux du passé.

Je n’y ai pas trouvé, comme le dit la quatrième de couverture « Entre passion et tragédie, un hymne à l’amour, une ode à la mémoire », bien que tout cela y figure, c’est vrai, mais sur un ton et un style moins exalté que cette accroche ne le suggère et je me contenterai de dire qu’il s’agit d’un bon roman, distrayant, avec lequel on passe un bon moment !

Les avis de Sylire et du Suricate.

mercredi 7 novembre 2018

Ásta

Ásta – Jón Kalman Stefánsson

Grasset (2018) - collection En lettres d'ancre
Traduit de l’islandais par Éric Boury


Sous-titre : Où se réfugier quand aucun chemin ne mène hors du monde ?

 

Dans les années 50, à Reykjavik, Helga et Sigvaldi ont choisi d’appeler leur futur enfant Ásta, persuadés qu’ils auraient une fille. Ásta, comme le personnage d’un roman de Halldór Laxness, Gens Indépendants, dont la fin était si déchirante qu’ils en avaient pleuré ensemble. 
Était-ce une bonne idée de donner à leur fille le prénom d’une enfant morte dans les bras de son père, dans la lande glaciale ? Puis, Helga avait fait remarquer qu’Ásta, c’était ást sans la dernière lettre, c’est-à-dire amour en islandais. Quoi de mieux pour porter le destin de l’enfant à venir ?
 
La vie d’Ásta était née de l’amour et elle grandirait entourée d’amour.
Trente années plus tard, alors qu’il a refait sa vie avec Sigrid, qu’il habite en Norvège avec sa femme et la fille d’Ásta, Sigvaldi tombe d’une échelle alors qu’il peignait un bâtiment. Allongé sur le trottoir, il revoit sa longue vie et la raconte à la passante penchée sur lui.

Quant à Ásta, c’est par l’intermédiaire de longues lettres adressées à l’homme qu’elle aime que le lecteur découvre petit à petit sa vie, bien éloignée du chemin d’amour que ses parents avaient espéré pour elle. D’ailleurs, c’est loin d’eux qu’elle vit les moments les plus tendres de son existence. Avec la nourrice qui l’a élevée après la défaillance de sa mère et auprès de Josef, rencontré à la ferme où elle a été envoyée un été après un accès de violence au lycée.


Troisième voix qui s’élève dans ce livre riche et foisonnant, celle de l’auteur lui-même, autant pour apporter un peu de liant aux propos de Sigvaldi et d’Ásta que pour raconter son présent à lui, ses doutes et ses difficultés face à l'écriture.

 
Comme il est difficile de parler de ce livre ! 
Impossible de résumer l’intrigue sans trop en dévoiler. À travers les trois voix qui s’expriment, ce sont des moments-clé qui surgissent, libérés de toute chronologie, et on les reçoit en pleine figure, on ne comprend pas toujours ce qu’ils signifient. Qu’importe, on comprendra plus tard, lorsqu’une autre voix se sera exprimée sur le sujet, apportant un autre éclairage, une vision différente, une explication partielle.
C’est un livre où la nature islandaise a une grande place, sauvage et rude, façonnant les caractères et la vie elle-même. La littérature et la poésie y sont aussi très présentes, elles apportent de l’apaisement à une histoire agitée de tourbillons où j’ai parfois eu l’impression de me débattre avec les personnages.

Un gros roman de près de 500 pages qui méritera une deuxième lecture et peut-être davantage pour en saisir toutes les pépites !

Je découvre Jón Kalman Stefánsson avec ce roman mais je n’en resterai certainement pas là !


J’ai reçu ce livre dans le cadre des Matchs de la Rentrée Littéraire 2018 (#MRL18) 
organisé par #Rakuten

C’est Moka du blog Au milieu des livres 
qui a orienté mon choix vers 
#Asta de #JonKalmanStefansson !


Merci à eux et aux éditions Grasset.


samedi 3 novembre 2018

Un si beau diplôme !

Un si beau diplôme ! – Scholastique Mukasonga

Gallimard (2018)
J’ai passé la moitié de ma vie à courir après un diplôme. Ce n’était pourtant pas une thèse de doctorat, de celles qui restent en chantier toute une vie et couronnent une brillante carrière universitaire : non, ce n’était qu’un modeste diplôme d’assistante sociale.
Ce diplôme d’assistante sociale, c’est le point central de ce récit de Scholastique Mukasonga, où elle relate ses efforts pour obtenir ce sésame qui selon son père, la sauvera de la mort promise aux Tutsis et sera pour elle comme un talisman, un passeport pour la vie.

Avec ce livre, elle rend aussi hommage à son père, qui selon elle lui a donné deux fois la vie, en la concevant d’abord, puis en l’obligeant à aller à l’école, alors que petite fille elle voulait rester collée aux basques de sa mère. En l’incitant à s’instruire, à obtenir un diplôme, son père a été un élément moteur dans sa détermination à poursuivre son but, à être autonome, à servir les autres, et c’est ainsi qu’il l’a sauvée de la mort puisque son obstination l’a menée loin du Rwanda.

Et pourtant, le parcours de Scholastique Mukasonga a été semé d’embûches : elle a dû s’exiler au Burundi, loin de ses parents, pour continuer ses études d’assistante sociale, car en tant que Tutsi, elle ne pouvait plus étudier au Rwanda. Mais une fois le précieux diplôme obtenu, elle a vite déchanté : pas de place pour elle dans l’administration Burundaise, malgré son obstination et ses démarches.

Elle réussit à obtenir un poste sur une mission de l’UNICEF, ce qui lui permet, pendant cinq années, de contribuer à améliorer les conditions de vie des mères et des enfants des collines de Gitega. C’est là aussi qu’elle rencontre son mari, un coopérant français. À ses côtés, elle vit ensuite à Djibouti, où elle doit de nouveau constater l’insignifiance de son diplôme et affronter le racisme anti-africain ambiant. Enfin, en 1992, c’est le retour définitif de la famille en France, en Normandie, où elle espère enfin pouvoir exercer son métier. Hélas, bien qu’elle soit naturalisée française, son diplôme du Burundi n’est pas reconnu puisqu’il faut un diplôme d’état pour être assistante sociale en France.

Grâce à son obstination, elle réussit à intégrer l’école d’assistante sociale et obtient enfin le précieux diplôme qui lui donne accès à la profession dont elle a toujours rêvé et qu’elle exerce toujours.

En 1994, trente-sept personnes de sa famille sont exterminées dans le massacre des Tutsis, la population entière de Gitega est décimée.

Page 144
Je traversais ces jours de ce que personne n’osait encore appeler un génocide comme une somnambule. C’était comme si la routine du quotidien se poursuivait en mon absence : comme à l’accoutumée, je faisais le ménage, préparais les repas, m’occupais de mes enfants, semblais m’intéresser aux informations que collectait mon mari. J’assistais aux cours, je répondais mécaniquement aux questions curieuses ou inquiètes que me posaient mes camarades : « Il se passe de drôles de choses chez toi - Oui, comme tu dis, de drôles de choses. » Mais tout cela se faisait sans moi, se déroulait loin de moi, dans un autre monde auquel je n’avais plus part, qui ne me concernait en rien, qui s’éloignait irrémédiablement de moi, qui ne pourrait jamais comprendre ma douleur, contenir mon désespoir.
Les portes de la folie s’ouvraient comme un refuge. À quoi bon ce diplôme !
Vingt ans plus tard, lorsqu’elle assiste à Kigali aux cérémonies de commémoration du génocide, elle laisse enfin ses larmes couler, la laver « de tout ce remord d’être encore là, vivante, m’appuyant sur tous ceux qui étaient là, à mes côtés, qui me soutenaient dans la même douleur pour ne pas s’effondrer… »

Pour autant, n’allez pas croire que ce récit soit triste et pathétique. Non, au contraire, à part ces quelques passages où Scholastique Mukasonga évoque le drame, le reste du récit est enjoué, vivant, il restitue les us et coutumes des lieux qu’elle a traversés, les aberrations des systèmes administratifs, son acharnement à parvenir à ses fins, les souvenirs joyeux de l’enfance et des années d’études malgré les difficultés rencontrées.

Bref, une lecture indispensable et la certitude que Scholastique Mukasonga est une belle personne, au-delà de ses qualités littéraires, puisqu’elle continue à s’intéresser au sort des autres, si j’en crois cet article paru dans Libération en 2017.

À propos de ce livre, les articles de Télérama et de Libération.

À découvrir également, le site de l'auteur et en particulier ce billet où elle explique l'origine de son nom.

mardi 23 octobre 2018

L'eau qui dort

L’eau qui dort – Hélène Gestern

Éditions arléa (2018)

Benoit Lauzanne est commercial dans une entreprise qui fabrique du papier. Suite à une nouvelle rebuffade de sa femme Sabine, il a fait sa valise et déserté le domicile familial. Machinalement, il a pris la route pour la ville de V. dans le Loir-et-Cher où il a rendez-vous trois jours plus tard avec un client. Ultime rendez-vous car il vient d’être licencié et n’en a encore rien dit à sa femme. 
Au buffet de la gare de V., il aperçoit une femme blonde en laquelle il croit reconnaitre Irina, une jeune peintre Lituanienne avec laquelle il a vécu à Paris lorsqu’il était étudiant, vingt ans auparavant. Un beau matin, Irina a disparu sans laisser de traces et il n’a jamais su ce qu’elle était devenue. 
Alors que son rendez-vous professionnel est annulé, Benoit entreprend de retrouver Irina, il s’installe à l’hôtel d’abord, puis au domaine du Précy-Hingrée, un superbe jardin où il se fait embaucher comme aide-jardinier et où il est logé dans le chalet précédemment occupé par Rebecca, dont elle est partie un jour sans prévenir ses collègues. Benoit, qui s’est fait connaitre sous le prénom de Martin au Précy, n’a rien dit de sa situation et commence à prendre ses marques dans le travail au jardin, lui qui aurait voulu être horticulteur depuis son enfance. Il apprécie le travail au grand air, dans un endroit un peu magique, retiré du monde, comme dans un cocon. Hélas, la découverte d’un sac contenant des lingots dans la maçonnerie d’une fontaine et l’irruption de la police locale vient contrarier la douce ambiance bucolique et introduire la défiance au sein de l’équipe. Martin se rend compte qu’il n’est pas le seul à avoir un secret et que ses nouveaux collègues ne sont pas tous aussi « lisses » qu’ils le paraissent.

Ce sont deux enquêtes qui se déroulent dans ce nouveau livre d’Hélène Gestern, celle que mène Benoit/Martin pour retrouver son amour de jeunesse et celle de la police au sujet de ce sac de lingots qui pourrait être en relation avec la mort d’un journaliste quelques mois plus tôt dans un étang proche, journaliste qui avait été vu au Domaine de Précy-Hingrée. Deux enquêtes que l’on suit avec intérêt, qu’on ne lie absolument pas au début et qui finissent par se rejoindre, d’une certaine façon.

Mais avant cela, les thèmes de ce roman, ce sont la disparition et le rôle de la nature.
Comme Irina vingt ans plus tôt, Benoit a quitté sa femme sans explications, il ne répond pas à ses appels téléphoniques, à ses SMS, même s’il est conscient de la douleur qu’il lui cause puisqu’il a vécu cela aussi dans le passé et même dans le présent puisque la disparition d’Irina est encore une blessure pour lui. À la recherche de son amour disparu, il prend conscience de sa lâcheté, des conséquences de la fuite d’Irina sur l’évolution de son couple avec Sabine des années après, et aussi sur son comportement avec une autre femme qu’il a aimée.
La nature, dont Hélène Gestern décrit très bien le pouvoir protecteur et apaisant, la beauté sauvage et l’esthétisme, n’est pas seulement le refuge où Martin croit trouver une solution à ses angoisses et à sa fuite des responsabilités. Au Précy, on lui pose peu de questions, on se contente de ses réponses évasives, ses collègues sont bienveillants, respectueux de ses mystères. En réalité, chacun a ses secrets, ses failles, d’autres que lui apprécient aussi le lieu pour l’asile qu’il procure et l’oubli trompeur d’un passé qu’il engloutit dans ses bosquets et ses allées.

Extrait page 60-61
J'ai fermé les yeux et respiré profondément. Pour la première fois depuis des années, j'ai eu l'impression que le verrou qui enserrait ma cage thoracique venait de se décadenasser. J'aurais voulu prolonger ce moment, goûter encore la sensation du soleil timide sur ma peau, d'ordinaire confinée aux voitures, aux bureaux ou aux chambres d'hôtel. J'ai subitement eu l'envie irraisonnée de m'allonger sur le sol, de sentir sous mon poids l'élasticité de l'herbe, l'énergie de la terre pénétrer mes os et mes muscles. Car s'il est vrai que nous sommes poussière et que nous y retournerons, nous sommes aussi terriblement désireux d'être vivants, tant que le cœur nous bat encore.

Comme presque toujours, je vis la lecture des romans d’Hélène Gestern comme une échappée bienvenue, son écriture est toujours aussi fluide, imprégnée de sensations et d’images apaisées, comme hors du temps et pourtant si réelles, si représentatives des aléas de l’existence.

C’est l’opération Masse critique de la rentrée chez Babelio qui m’a donné l’occasion de découvrir ce livre. Merci à eux et aux éditions Arléa pour cet envoi gracieux.

tous les livres sur Babelio.com

dimanche 14 octobre 2018

La correction

La correction - Élodie Llorca

Rivages (2016)

Prix Stanislav du premier roman (2016)

François, le narrateur a trente-sept ans. Après avoir travaillé huit ans dans une papeterie, il a suivi une formation de correcteur, sur l’incitation de sa mère. Ensuite, il a exercé son nouveau métier en free-lance puis a été embauché à La Revue du Tellière, où il traque depuis trois ans les coquilles dans les articles avant leur parution. La revue est dirigée par Reine, une femme un peu androgyne qui l’attire et lui fait peur à la fois. François est marié avec Marie, ils n’ont pas d’enfant, ils ont eu un chien mais Marie l’a confié à sa mère, prenant seule cette décision. Leur mariage bat de l’aile, ils ne se parlent pratiquement plus, communiquant souvent par Post-It. Aucune animosité entre eux, c’est plutôt de l’ennui, une usure s’est installée. Le décès soudain de la mère de François sept mois auparavant est sans doute pour beaucoup pour expliquer la forme de dépression où il semble s’installer.
 Un matin, à son bureau, il découvre dans un texte qu’il a déjà corrigé de nouvelles coquilles. Comment a-t-il pu les laisser passer ? Ou bien serait-ce Reine qui les auraient introduites dans le document ? Dans quel but ? Toujours très perplexe, il sort dans la rue pour prendre une pause et découvre dans le caniveau un oiseau affaibli mais encore en vie. Sans réfléchir, il le recueille et le ramène chez lui.


Page 45 :
Avec lui dans ma poche, j’éprouvais aussi une excitation nouvelle, celle de l’enfant qui a trouvé un trésor, dont il pourra d’autant plus profiter que lui seul sait qu’il le possède. J’avais découvert un talisman qui m’attendait depuis longtemps.

Lorsque j’ai aperçu ce livre sur un présentoir à la médiathèque, il m’a semblé que j’en avais déjà entendu parler, sans me rappeler précisément où. Un rapide coup d’œil à la quatrième de couverture, le sujet m’a intéressée, je l’ai emprunté.
Moins de 200 pages, il se lit rapidement, il est bien écrit, on plonge assez facilement dans l’univers de François, dans ses interrogations, sans comprendre vraiment les images qu’il convoque, ces oiseaux comme le cincle plongeur ou l’outarde houbara ou encore ce tableau d’Edward Hopper, Nighthawks.

C’est manifestement un homme perdu, indécis, qui a toujours été soumis à la volonté des femmes de son entourage. Sa mère était malade depuis longtemps et le départ de son père, un tailleur de pierres, lorsqu’il eut dix-sept ans, le laissa seul face aux bizarreries maternelles d’abord puis à son décès dans des circonstances violentes qu’on découvre au long du récit. Face à sa femme, là non plus, il n’a pas vraiment eu son mot à dire, c’est elle qui a pris l’initiative et qui continue à le faire. Quant à Reine, même si elle lui inspire une attirance certaine, elle demeure inaccessible, tantôt lointaine et autoritaire, tantôt empathique et bienveillante.

L’histoire commence bien ancrée dans la réalité, lorsque François s’alarme de sa découverte de coquilles dans son texte déjà corrigé et puis, au fur et à mesure de la progression de l’intrigue, l’univers devient plus onirique, on ne sait pas toujours ce qui est vrai et ce qui n’est qu’illusion. Et cet oiseau à l’éclat métallique et aux ailes aiguisées, quel est-il réellement, que symbolise-t-il ?

À la première lecture, j’ai compris certaines choses de l’histoire que voulait nous raconter Élodie Llorca mais je sentais bien que m’échappaient encore des clés, un certain flou persistait malgré la chute qui éclaire un peu le lecteur. J’ai cherché alors sur Internet des avis sur ce livre, des interviews de l’auteur pour tenter de comprendre son but et de découvrir sa source d’inspiration. C’est d’ailleurs ce que je recherche très souvent après la lecture d’une histoire au sujet un peu inhabituel ou mystérieux.

C’est la chronique du blog de Femmes de lettres qui m’a mise sur la voie et m’a permis d’entamer une deuxième lecture sur une nouvelle base, de mieux appréhender le sens de ce roman. L’interview d’Élodie Llorca sur le site de L’Humanité m’en a appris un peu plus sur l’auteur, ou devrais-je dire l’autrice si je suis le conseil de l’auteur du blog Femmes de lettres.

J’ai alors mieux perçu ce qui se cache derrière les corrections détectées par François, comme page/cage, comme celle qu’il découvre à la fin de l’histoire ou par celle que suggère Femmes de lettres. N’oublions pas non plus de revenir au sens premier de la coquille.

En résumé, une belle réussite que ce premier roman d’Élodie Llorca, dramaturge et comédienne, dont sort en cette rentrée d’automne 2018 un nouveau livre Grand Bassin, dont on dit déjà du bien ou pas.

Page 83 :
Je saisis dans ma bannette mes copies de la veille afin de rentrer dans l’ordinateur les corrections que j’avais à y apporter. Cette tâche me prit deux bonnes heures. Je rectifiais un barbarisme, « Il est parti à l’anglaise » au lieu d’« Il a filé à l’anglaise », trahissant peut-être le désir du journaliste d’en finir au plus vite. Également, une pléthore de fautes de grammaire et de conjugaison – tel l’emploi de ce subjonctif abusif : « Malgré qu’il soit fatigué », ou encore cette conjugaison ratée : « J’ai été » au lieu de « Je suis allé » - et, pour finir, je butai sur cette expression malheureuse : « Ceci dit », employée à la place de « Cela dit ».

mercredi 10 octobre 2018

Baba Segi, ses épouses, leurs secrets

Baba Segi, ses épouses, leurs secrets – Lola Shoneyin

Actes Sud (2016)
Traduit de l’anglais (Nigeria) par Isabelle Roy


Bolanle, une jeune nigériane éduquée a décidé de devenir la quatrième épouse de Baba Segi, de vingt ans son ainé, alors qu’elle aurait pu faire une brillante carrière et épouser un jeune homme de son niveau intellectuel. Quelles sont ses raisons ? 

Nous l’apprendrons au fur et à mesure de la lecture de ce roman de Lola Shoneyin, le premier d’une jeune poétesse de Lagos.
 

Lorsqu’elle se marie, Bolanle est pleine d’illusions au sujet du foyer de Baba Segi. Voulant bien faire, elle s’imagine qu’elle pourra instruire les trois autres épouses, qu’elle pourra aider les sept enfants de Baba Segi dans leurs études et n’a jamais envisagé qu’elle ne serait pas la bienvenue dans cette famille où chacun et chacune a déjà sa place bien établie. Certes, Iya Tope, la deuxième épouse est mieux disposée que les deux autres à l’encontre de Bolanle mais elle n’ira pas jusqu’à dévoiler à la jeune mariée le secret qu’elle partage avec Iya Segi et Iya Femi. Ce secret, Bolanle devra le découvrir par elle-même, plongeant à cette occasion la famille entière dans la confusion.

Après la lecture des romans de Chimamanda Ngozi Adichie, j’ai eu envie de découvrir d’autres voix de la littérature nigériane et j’ai commencé mon périple avec ce roman plein d’humour et pourtant très sérieux. En effet, dès le début, on comprend que l’arrivée de Bolanle dans le foyer polygame ne va pas aller de soi et on s’attend à des crêpages de chignons entre les épouses, à un déploiement de vexations et de basses manœuvres pour évincer la nouvelle venue. Mais les prises de parole successives des quatre femmes au cours du récit permettent de comprendre la motivation de chacune, de découvrir ce qui les a menées au côté de Baba Segi, ce que chacune attend de ce mariage, ce qu’elles sont prêtes à faire pour assurer leurs positions. Même si Bolanle est instruite, qu’elle ne n’accorde pas d’importance aux stratagèmes de ses co-épouses, elle aura bien du mal à se préserver, d’autant plus qu’elle peine à produire la protection suprême dans cette société qui exalte la maternité, l’enfant qu’elle n’arrive pas à concevoir.

Une lecture très dépaysante, à la fois distrayante parce qu’on découvre des modes de vie qui sont bien éloignés des nôtres et pleine d’enseignement sur la condition des femmes nigérianes et les freins dans l’acquisition de leur autonomie.

Extrait page 11 :
Donc oui. J’ai choisi cette maison. Pas pour la pension mensuelle, pas pour les tailleurs en dentelle ni pour les bracelets en corail. Ces choses-là n’ont aucune valeur à mes yeux. J’ai choisi cette famille afin de reprendre pied, de guérir dans l’anonymat. Et quand vous choisissez une famille, vous restez auprès d’elle. Vous restez auprès de votre époux même si vos amies le qualifient d’ogre polygame. Vous restez à ses côtés quand votre mère le traite d’orang-outang boulimique. Vous portez un regard différent sur lui et vous voyez une grande âme, bienveillante et généreuse.
D'autres avis chez Cuné, FemmesDeLettres et Le Suricate.

dimanche 23 septembre 2018

Un certain M. Pielkieny

Un certain M. Piekielny – François-Henri Désérable

Gallimard (2017)

En mai 2004, François-Henri Désérable se trouve par hasard à Vilnius en Lituanie devant l’immeuble où vécut Romain Gary, alors Roman Kacew, de 1921 à 1925. Lui revient alors en mémoire une phrase de Gary, extraite de la Promesse de l’aube, roman que Désérable a étudié en classe de première pour préparer le bac français : « Au n°16 de la rue Grande-Pohulanka, à Wilno, habitait un certain M. Piekielny. »
Selon ce qu’avait écrit Gary dans son roman, ce M. Pielkieny était un voisin, éperdu d’admiration pour le destin que la mère de Romain Gary prédisait à son fils et il avait fait promettre à l’enfant de prononcer la fameuse phrase devant tous les grands de ce monde qu’il aurait l’occasion de rencontrer lorsqu’il aurait atteint la célébrité prophétisée par sa mère. Et Gary, plus tard, affirmait qu’il avait effectivement prononcé la phrase devant la reine d’Angleterre, devant le Général de Gaulle, devant le président Kennedy, devant Bernard Pivot lors d’un Apostrophe.


Francois-Henry Désérable entreprend alors de remonter la trace de ce M. Piekielny, il consulte les archives, il recherche son nom dans les registres de déportés dans les camps puisque c’est le triste destin que Gary attribuait à son ancien voisin. Hélas, nulle trace de M. Piekielny. Alors Désérable s’intéresse de plus près à Gary, reconstituant la vie aventureuse de l’écrivain et recréant les moments où l’auteur aurait prononcé sa fameuse phrase.

J’ai découvert ce roman et son auteur dans l’émission La grande Librairie du 2 novembre 2017 et je l’ai réservé à la médiathèque. Il m’a fallu de la patience puisque j’ai dû attendre jusqu’à mi-août pour que mon tour arrive et que je puisse enfin commencer ma lecture.
Comme je m’y attendais, j’ai beaucoup apprécié ce livre, parce que François-Henri Désérable y mêle avec habileté vérité historique et fiction romanesque. Il faut dire qu’il est gâté parce que la vie de Romain Gary est propice à l’invention et que lui-même n’a pas ménagé sa peine. Le personnage de M. Piekielny, réel ou inventé, permet à Désérable de se pencher sur le destin des juifs de Wilno et de raconter à sa façon un pan d’histoire. Et l’évocation de Romain Gary, de sa vie si extraordinaire, est aussi un des plaisirs que m’a offert la lecture ce roman.

Extrait page 258-259 :
Mais s’il avait existé pour de vrai, comme disent les enfants ? Si de ce corps réduit en cendres sur les bûchers de Klooga, ou changé en nuage dans les plaines à betteraves et barbelés de Pologne, ou plus sûrement tombé à Ponar dans la forêt naine au pied des grands arbres, si de ce corps, donc, Gary avait fait un corps de mots ? La littérature triomphait encore, cette fois-ci à travers le réel.
On prétend parfois qu’elle ne sert pas à grand-chose, qu’elle ne peut rien contre la guerre, l’injustice, la toute-puissance des marchés financiers – et c’est peut-être vrai. Mais au moins sert-elle à cela : à ce qu’un jeune Français égaré dans Vilnius prononce à voix haute le nom d’un petit homme enseveli dans une fosse ou brûlé dans un four, soixante-dix ans plus tôt, une souris triste à la peau écarlate, trouée de balles ou partie en fumée, mais que ni les nazis ni le temps n’ont réussi à faire complètement disparaître, parce qu’un écrivain l’a exhumée de l’oubli.