vendredi 1 avril 2016

Jusque dans nos bras

Jusque dans nos bras – Alice Zeniter

Albin Michel (2010)

Je suis de la génération qui ne peut pas accueillir toute la misère du monde mais l’inverse serait souhaitable et puis et puis je suis de la génération qui conduit des scooters, qui vole des scooters, qui peut payer des tests d’ADN pour retrouver ses scooters, je suis de la génération des 17 millions de personnes qui lisent de la presse people en France, et surtout je suis de la génération à qui on ne cesse de répéter qu’elle vivra plus mal, qu’elle vivra moins bien que, je suis de la génération du chômage, de la bulle immobilière, du camp de Sangatte, du Showcase, de la naturalisation monégasque, de la fuite des capitaux, du bouclier fiscal, de l’abolition des 35 heures, de la prime des transports, du logiciel Edvige et de l’interdiction des coups de téléphone sur simple soupçon que j’appartiens à une bande organisée, à une génération sans ordre, à la génération qui a perdu Kurt Cobain mais à qui on répète qu’elle peut gagner la bataille du pouvoir d’achat. (page 13)
Parce qu’il ne supporte plus les formalités du renouvellement régulier de son titre de séjour, Mad, un jeune malien, a décidé de tout faire pour obtenir la nationalité française. Mais ce n’est pas si facile et en désespoir de cause, il demande à Alice, la narratrice, qu’il connait depuis l’école maternelle, de l’épouser, pas pour un mariage d’amour mais pour un mariage blanc. Alice a accepté, parce que Mad est son meilleur ami, et parce qu’elle est révoltée par le racisme ambiant, par les mesures prises par le gouvernement et en particulier par l’action de Brice Hortefeu, parce qu’elle est contre la mise en place du fichier Edvige. Elle a accepté parce qu’elle se sent aussi coupable de la chance qu’elle a, elle qui est la fille d’une mère normande et d’un père algérien, et qui n’a, malgré sa moitié africaine, aucun souci à se faire sur ses droits à vivre en France. Mais dire oui à Mad, c’est facile, encore faut-il se préparer aux interrogatoires des services officiels qui veulent vérifier les motivations d’un tel couple mixte. C’est un vrai parcours de combattant sur lequel s’engagent Alice et Mad, essayant d’imaginer les questions qui pourraient leur être posées

Voilà rapidement résumé le fil rouge d’un livre enthousiaste et militant. Dans une langue puissante et moderne, Alice Zeniter revisite son enfance et son adolescence, raconte son désir de marquer sa différence, son envie d’être vue comme une algérienne, provoquant l’incompréhension de son père, qui lui, ne souhaite que s’intégrer dans la société française et pensait y avoir réussi. Avec Mad et l’Arabesque, sa copine du lycée, Alice forme un trio énergique et engagé, qui accompagne les combats de son époque et s’interroge sur sa place et son avenir dans la société, face au racisme et à l'intolérance. Alors que la solution du mariage blanc avec Mad s’impose très vite, Alice éprouve malgré tout des réticences, au fur et à mesure que la date approche. Que se passera-t-il si elle rencontre l’amour alors qu’elle est marié à Mad ? Même s’ils sont d’accord pour divorcer dès que ce sera possible, ce mariage est d’une certaine façon un renoncement à la liberté et Alice doute, même encore sur le perron de la mairie.

J’ai été un peu agacée au début de cette lecture par la langue utilisée par Alice Zeniter, ce parler jeune où je ne me retrouvais pas vraiment, différence de génération oblige ! Mais très vite, j’ai été emportée par les thèmes de fond de cette histoire. Comme l’héroïne de ce roman porte le même nom que son auteur et que les évènements évoqués sont très ancrés dans l’actualité, on pourrait croire qu’il s’agit là d’une histoire vraie et ça sonne d’ailleurs comme du vécu. C’est tout le talent d’Alice Zeniter qui s’exprime dans ce roman, qu’elle a écrit à vingt-trois ans, preuve d’une force de conviction et d’un appétit de vivre revigorants.


D'autres avis sur Babelio ainsi que les articles du Monde et de Télérama.
A lire aussi, une interview d'Alice Zeniter à propos de ce livre sur StreetPress.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire