mercredi 5 décembre 2007

Ma soeur, mon amour



Ma soeur, mon amour, de Chitra Banerjee Divakaruni.

Publié aux éditions 10/18.

Traduit de l'américain par Françoise Adelstain.

Anju et Sudha, deux cousines, vivent à Calcutta, en compagnie de leurs mères respectives et de leur tante. Leur naissance a coïncidé avec la mort de leurs pères, partis tous deux à la recherche de diamants, dans une expédition risquée, à l'initiative du père de Sudha, et dans laquelle il a entraîné le père d'Anju.
Protégées par leurs "trois" mères, les deux jeunes filles ont une existence agréable et un amour immense les unit. Anju souhaite poursuivre ses études et s'oppose vivement aux traditions ancestrales. Sudha, belle et douce, rêve de pouvoir épouser le jeune homme qu'elle a rencontré au cinéma.
La révélation d'un secret terrible sur ses origines va bouleverser l'existence de Sudha et l'entraîner à sacrifier ses espoirs afin de préserver sa cousine. Elle va accepter l'union arrangée par sa mère avec Ramesh. En raison de l'état de santé de sa mère, Anju va devoir également renoncer à une partie de ses aspirations et accepter de se marier avec un jeune ingénieur émigré aux Etats-Unis, Sunil.


Ce roman alterne les chapitres consacrés tantôt à Anju, tantôt à Sudha et permet d'appréhender leurs deux approches. L'une comme l'autre va être confrontée au poids des traditions indiennes, même Anju aux Etats-Unis qui va vite s'opposer à son mari, pas si moderne qu'elle croyait.
Finalement, c'est Sudha qui va trouver la volonté de résister à sa belle-mère qui n'accepte pas qu'elle soit enceinte d'une fille, pour trouver le chemin d'une nouvelle existence.

Ce livre m'a été offert par Marie, à l'occasion du swap Li-Thé-rature. Je l'en remercie vivement, il m'a beaucoup plu. J'ai été passionnée par l'histoire de ces deux jeunes femmes et de leur familles, par le contraste entre, d'une part leur relation préservée dans la douceur du cocon familial, et d'autre part la découverte des réalités au cours de leur vie conjugale.

L'histoire se poursuit dans un autre roman de Chitra Banerjee Divakaruni, La liane du désir, paru également aux éditions 10/18. Le premier chapitre est à télécharger sur leur site.

6 commentaires:

  1. mazfmqaJ'ai lu cette année plusieurs romans se passant en Inde. J'ai beaucoup aimé ces voyages.
    En lisant le thème du livre que tu commentes aujourd'hui, j'ai pensé à "Compatiment pour dames" d'Anita Nair.

    RépondreSupprimer
  2. http://www.leslecturesdeflorinette.com6 décembre 2007 à 16:17

    Je garde un si bon souvenir de "La maîtresse des épices" qu'il faut que j'en lise d'autres de cet auteur comme celui que tu présentes par exemple !! ;-)

    RépondreSupprimer
  3. http://insatiable-lectrice.over-blog.com/6 décembre 2007 à 16:56

    Ce roman me tente beaucoup. C'est un 10/18, je n'hésite pas, je le note!

    RépondreSupprimer
  4. je l'ai noté depuis longtemps! Je suis contente de voir qu'après l'impression mitigée de "Entre dieu et moi, c'est fini", ce roman t'ait plu! C'est toujours un peu triste de rester sur un ressenti incomplet d'une lecture.

    RépondreSupprimer
  5. Je ne savais pas que "La liane du désir" était la suite de ce roman. Je vais essayer de les lire dans l'ordre alors !

    RépondreSupprimer
  6. http://ya-dlajoie.over-blog.com18 décembre 2007 à 11:41

    Pour ma part j'ai lu la suite, La liane du désir, que je te recommande! c'est un très bon livre sur l'intégration, la différence , le choc des cultures.
    Choupynette

    RépondreSupprimer