mercredi 7 novembre 2018

Ásta

Ásta – Jón Kalman Stefánsson

Grasset (2018) - collection En lettres d'ancre
Traduit de l’islandais par Éric Boury


Sous-titre : Où se réfugier quand aucun chemin ne mène hors du monde ?

 

Dans les années 50, à Reykjavik, Helga et Sigvaldi ont choisi d’appeler leur futur enfant Ásta, persuadés qu’ils auraient une fille. Ásta, comme le personnage d’un roman de Halldór Laxness, Gens Indépendants, dont la fin était si déchirante qu’ils en avaient pleuré ensemble. 
Était-ce une bonne idée de donner à leur fille le prénom d’une enfant morte dans les bras de son père, dans la lande glaciale ? Puis, Helga avait fait remarquer qu’Ásta, c’était ást sans la dernière lettre, c’est-à-dire amour en islandais. Quoi de mieux pour porter le destin de l’enfant à venir ?
 
La vie d’Ásta était née de l’amour et elle grandirait entourée d’amour.
Trente années plus tard, alors qu’il a refait sa vie avec Sigrid, qu’il habite en Norvège avec sa femme et la fille d’Ásta, Sigvaldi tombe d’une échelle alors qu’il peignait un bâtiment. Allongé sur le trottoir, il revoit sa longue vie et la raconte à la passante penchée sur lui.

Quant à Ásta, c’est par l’intermédiaire de longues lettres adressées à l’homme qu’elle aime que le lecteur découvre petit à petit sa vie, bien éloignée du chemin d’amour que ses parents avaient espéré pour elle. D’ailleurs, c’est loin d’eux qu’elle vit les moments les plus tendres de son existence. Avec la nourrice qui l’a élevée après la défaillance de sa mère et auprès de Josef, rencontré à la ferme où elle a été envoyée un été après un accès de violence au lycée.


Troisième voix qui s’élève dans ce livre riche et foisonnant, celle de l’auteur lui-même, autant pour apporter un peu de liant aux propos de Sigvaldi et d’Ásta que pour raconter son présent à lui, ses doutes et ses difficultés face à l'écriture.

 
Comme il est difficile de parler de ce livre ! 
Impossible de résumer l’intrigue sans trop en dévoiler. À travers les trois voix qui s’expriment, ce sont des moments-clé qui surgissent, libérés de toute chronologie, et on les reçoit en pleine figure, on ne comprend pas toujours ce qu’ils signifient. Qu’importe, on comprendra plus tard, lorsqu’une autre voix se sera exprimée sur le sujet, apportant un autre éclairage, une vision différente, une explication partielle.
C’est un livre où la nature islandaise a une grande place, sauvage et rude, façonnant les caractères et la vie elle-même. La littérature et la poésie y sont aussi très présentes, elles apportent de l’apaisement à une histoire agitée de tourbillons où j’ai parfois eu l’impression de me débattre avec les personnages.

Un gros roman de près de 500 pages qui méritera une deuxième lecture et peut-être davantage pour en saisir toutes les pépites !

Je découvre Jón Kalman Stefánsson avec ce roman mais je n’en resterai certainement pas là !


J’ai reçu ce livre dans le cadre des Matchs de la Rentrée Littéraire 2018 (#MRL18) 
organisé par #Rakuten

C’est Moka du blog Au milieu des livres 
qui a orienté mon choix vers 
#Asta de #JonKalmanStefansson !


Merci à eux et aux éditions Grasset.


2 commentaires:

  1. J'avais été séduite par "D'ailleurs, les poissons n'ont pas de pieds". Mais le miracle n'a pas eu lieu cette fois-ci. Tant pis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été tentée d'abandonner au début et puis heureusement je me suis accrochée !
      C'est un livre qui demande un effort. Selon le moment où on le lit, on n'a pas forcément envie de ça, lire doit rester un plaisir !

      Supprimer